Centre_gastronomique_de_Baix_la_Mar_denia

Les travaux du centre gastronomique du quartier Baix la Mar mettent en lumière le bâtiment que Felipe III a construit pour ses voitures royales à Dénia.

La réhabilitation promue par l’homme d’affaires de Dénia, Federico Cervera dans l’ancienne usine de jouets de la rue Pont découvre une impressionnante arcade classique du XVIIe siècle.

Les recherches de l’archéologue Josep Antoni Gisbert et de l’historien Ángel Campos-Perales montrent que le site est l’un des éléments clés de l’histoire du quartier maritime.

Le bâtiment n’était pas protégé et sa conservation « a été rendue possible grâce à la volonté d’un mécène et non à l’impulsion déterminée de l’administration compétente ».

Il y a quelque temps, l’homme d’affaires Federico Cervera a appelé l’archéologue municipal de Denia, Josep Antoni Gisbert, pour l’aider à trouver un nom au centre gastronomique qu’il développe à Baix la Mar, Carrer Pont. Josep Antoni Gisbert révisa la cartographie historique et proposa à l’homme d’affaires de l’appeler Els Magazinos, car c’est sous ce nom que les ingénieurs français de la Guerre de Succession, dans la première décennie du XVIIIe siècle, distinguèrent le bâtiment qui était là et qui servait donc de dépôt portuaire.

Carte de la ville de Dénia. Royaume de Valence. 1708. Atlas Marsé. La guerre de Sucessió à Dénia. La flèche indique la superficie du bâtiment.

Mais la surprise est venue lorsque l’archéologue a visité le site : il s’est rendu compte que les arcs en plein cintre avec des moulures carrées que les travaux de restauration avaient mis au jour ne dataient pas de cette période mais qu’ils avaient été construits cent ans auparavant.

Josep Antoni Gisbert pose alors la question qui ouvrira une multitude de portes : « Que fait ici l’architecture du XVIIe siècle », c’est-à-dire depuis l’époque de Philippe III, d’un des âges d’or de l’histoire de Dénia, lorsque son seigneur était le duc de Lerma, la ville avait obtenu le nom de ville et le roi lui-même l’avait visité à trois reprises.

M.Gisbert a obtenu une première réponse en consultant une cartographie plus ancienne. Ou plutôt, une œuvre d’art : le tableau que Vicent Mestre peint en 1613 de l’expulsion des Maures du port de Dénia, pratiquement une photographie aérienne de son époque. Et il s’est rendu compte qu’il y avait déjà, juste derrière la douane du port, un bâtiment dans le même endroit où Federico Cervera construit maintenant son centre gastronomique.

Plus tard, l’archéologue de Dénia a contacté l’historien de l’art Angel Campos-Perales, qui écrit sa thèse de doctorat sur le XVIIe siècle et transcrit la documentation sur cette période. Et le mystère fut définitivement dévoilé : M.Campos-Perales utilisa un de ses documents qui montrait que Philippe III fit construire un bâtiment dans la deuxième décennie de ce siècle et à cet endroit précis de la rue Pont pour abriter les garages et les voitures royales. C’était l’une des infrastructures que le monarque souhaitait avoir lors d’une prochaine visite à Dénia, qui n’a cependant jamais eu lieu, en raison de sa mort précoce en 1621.

Embarquement des Maures dans le port de Denia, Vicent Mestre. 1613.

C’était un bâtiment bien construit, « un magnifique exemple d’architecture classique réalisé par de bons maîtres bâtisseurs et de bons tailleurs de pierre » et qui allait donc durer dans le temps : une fois qu’il ne fut plus possible d’y déposer une voiture royale après la mort du roi, il devint effectivement un entrepôt portuaire, comme l’avaient déjà dit les ingénieurs gaulois de la guerre de succession. Plus tard, au XXe siècle, elle fut érigée comme l’une des usines de jouets les plus importantes de la ville, celle de José Monllor Llinares.

Cette histoire a deux morales. La première est le brillant résultat d’une enquête qui compare l’archéologie et l’architecture d’une part – ce qui pourrait être vérifié en inspectant le centre gastronomique – et les sources historiques, d’autre part. M.Gisbert souligne qu’il s’agit d’un des bâtiments les plus importants de l’histoire du Baix la Mar niché dans la rue Pont, le centre névralgique de la Denia du XVIIe siècle : il reliait le Portal del Mar et la Puerta dels Reis del Castillo au quai, le pont en bois auquel la rue doit son nom.

La deuxième morale est que le bâtiment n’était pas protégé lorsque les travaux de rénovation ont commencé il y a quelques mois. Il est vrai que ce n’était pas parce qu’on ne savait pas qu’il cachait des arcades du 17e siècle. Mais même ainsi, ce dernier aurait pu se retrouver en poudre à cause de la pioche.

En ce sens, M. Gisbert a demandé plus de mesures de préservation pour ce patrimoine historique pertinent : par exemple, que tout permis demandé dans les centres historiques de la municipalité soit accompagné d’un rapport qui établit quels éléments du patrimoine doivent être protégés. Et il ajoutait que si les moulures que Philippe III a fait construire ont survécu « c’est grâce à la volonté d’un mécène, et non à l’implication de l’administration compétente en matière d’urbanisme ».

La rue Pont était également importante avant l’époque de Philippe III : des vestiges de murailles andalouses y ont été retrouvés.

Ainsi, lors de l’inauguration du complexe promu par Federico  Cervera, situé sur 3000 m2 et avec une vingtaine de propositions gastronomiques, M.Gisbert et M.Campos-Perales tiendront une conférence avec toutes les données historiques sur l’évolution non seulement du bâtiment mais également de son environ.

NB. L’ouverture du centre gastronomique Els Magazinos, est prévue pour fin avril 2019.

Source : lamarinaplaza.com