Denia-reglementera-l-utilisation-de-trottinettes

Dénia réglementera l’utilisation de trottinettes électriques avec la modification de l‘ordonnance municipale sur la circulation, qui jusqu’à présent étaient dans un vide juridique.

Il s’agit d’une proposition qui respecte les instructions de la DGT et les critères du ministère public en matière de sécurité, qui oblige les municipalités à adopter des règles pour prévenir des cas tels que la mort de deux femmes (l’une a été renversée par un camion en conduisant une trottinette électrique et l’autre victime d’un délit de fuite commis par deux jeunes dans un de ces véhicules).

Cela a été annoncé hier jeudi 25 avril, lors de la séance plénière du Conseil Municipal de Dénia. Avec l’abstention des citoyens et du Parti populaire a été approuvée à la majorité la procédure de l’audience préalable de la modification de l’Ordonnance Municipale de Trafic, Circulation des Véhicules à Moteur et Sécurité routière.

Mettre de l’ordre dans le chaos et, surtout, préserver la sécurité.

Ce sont les objectifs de la modification de l’ordonnance municipale de circulation que le gouvernement de Dénia vient d’approuver.

Un changement qui, conformément aux instructions données par le bureau du procureur général, vise à réglementer la coexistence des véhicules de mobilité alternative dans la jungle asphaltée de la ville. L’irruption et la prolifération de nouvelles formes de mobilité, comme les trottinettes électriques et les vélos électriques, obligent à adapter les règles et, surtout, à prendre des précautions extrêmes.

Comme l’a annoncé le conseiller pour la Sécurité Publique, Javier Scotto, cette proposition a été lancée après un travail d’équipe avec la Police Locale de Dénia et des réunions qui ont eu lieu avec des associations et des sociétés de location de voitures pour la mobilité personnelle pour atteindre une mobilité pacifique dans Denia.

Dans le cadre de cette ordonnance, il est prévu de modifier la réglementation relative aux cycles ainsi qu’aux véhicules de mobilité individuelle. Ainsi, la séparation complète des différents modes de mobilité sur la voie publique est la principale nouveauté dans les changements à introduire, suite à l’instruction du ministère public. Cependant, d’autres aspects sont également réglementés afin de garantir une plus grande sécurité, comme l’interdiction expresse de circuler sur les trottoirs.

Par où circuler et parquer ?

Jusqu’à présent, les vélos pouvaient être utilisés dans les parcs, les espaces publics ou les trottoirs « suffisamment larges », sauf « dans les moments d’agglomération », deux critères subjectifs et, par conséquent, très difficiles à appliquer.

Le stationnement des bicyclettes et des motocyclettes sur les trottoirs sera désormais interdit.

En fin de compte, le document réglemente de manière beaucoup plus exhaustive la coexistence entre les différents types de véhicules et les piétons. Maintenant, « chaque modalité doit passer par un lieu, et le piéton doit l’emporter, comme l’indique l’instruction du bureau du procureur général », explique Javier Scotto.

Les modifications apportées à l’ordonnance,  l’adaptent aux temps actuels. Il s’agit, par exemple, de l’utilisation de remorques pour bicyclettes. Ils interdisent le stationnement sur les trottoirs, le mobilier urbain ou les endroits où ils obstruent le passage.

En effet, depuis leur entrée en vigueur, trottinettes électriques et vélos ne peuvent être garés que sur des supports à vélo. Et les motos, dans les places de parking balisées pour eux.

La modification de l’ordonnance figure à l‘article 10 de l’ordonnance. Il couvre désormais tous les cycles, c’est-à-dire les différents types de véhicules non motorisés, tels que les tricycles.

En outre, un article 10 bis faisant référence à d’autres véhicules de mobilité personnelle est incorporé. Cette typologie comprend, par exemple, les trottinettes électriques et planches à roulettes – électriques ou non, ou les chaises roulantes électriques pour personnes âgées ou à mobilité réduite.

En ce qui concerne les véhicules de mobilité personnelle, l’article 10bis établit trois catégories, suivant la typologie de la Direction générale de la circulation (DGT) :

Les cyclistes de type A doivent circuler sur des pistes cyclables séparées ou sur des trottoirs de bicyclettes. En outre, comme dans le cas des vélos, également pour les zones piétonnes d’une largeur minimale de 5 mètres. Il est interdit de conduire sur les trottoirs et sur la route.

Ceux des types B et C, par contre, doivent circuler sur la route ou sur des voies cyclables non ségréguées.

En ce qui concerne les bicyclettes, la dénomination « Circulation des bicyclettes » est remplacée par « Circulation des cycles« , l’utilisation des sonnettes, l’éclairage, l’utilisation de vêtements réfléchissants et le port du casque, en ce qui concerne la possibilité de transporter une personne dans un siège supplémentaire en cycle, un règlement relatif à ce transport est inclus, une interdiction spécifique des cycles de stationnement sur trottoirs, passages piétons, attachés aux arbres et éléments du mobilier urbain est fixée, et il est déterminé que ces véhicules doivent être garés avec les voitures de transport personnel.

En outre, il est précisé que les cyclistes auront des obligations et des restrictions comme les autres conducteurs en ce qui concerne la consommation de boissons alcoolisées, de drogues et l’utilisation d’appareils de communication. Ceux-ci pourront circuler dans les zones piétonnes, à l’exception des trottoirs, à condition que la largeur du trottoir soit d’au moins 5 mètres.

Les véhicules de type A qui comprennent les trottinettes à usage personnel et commercial, des bicyclettes, des chaises et des tricycles à mobilité réduite, doivent circuler sur la voie cyclable correspondante.

Ce type de véhicule peut être conduit par des personnes âgées de plus de 16 ans. Les mineurs doivent être accompagnés et toujours sous la surveillance d’adultes.

Vehiculos de Movilidad

Source : noticiasmarinaalta.es – mongoradio.es