Dénia utilisera des cages pour capturer les sangliers et arrêter le fléau

Pour la première fois, la mairie de Dénia appliquera un système élaboré pour tenter de lutter contre le fléau des sangliers, un problème historique qui s’est accentué ces derniers temps.

Lors de la dernière séance plénière, la conseillère de la transition écologique, la socialiste Maite Pérez Conejero, a annoncé que la ville fera appel aux services d’une entreprise spécialisée qui utilisera des cages pour piéger ces animaux, lesquelles seront également équipées de caméras de vidéosurveillance. Ces derniers seront directement connectés aux téléphones portables du personnel de l’entreprise afin de répondre à deux objectifs : d’une part, contrôler le nombre de spécimens qui sont capturés, d’autre part, éviter que tout accident ne se produise, notamment que par erreur les cages n’attrapent une personne et ne causent un quelconque dommage.

Mme Perez Conejero, qui répondait à une question de la conseillère municipale Eva Catalá, a expliqué que pour que la méthode soit vraiment efficace, ces cages doivent attraper à chaque fois qu’elles agissent un minimum de dix sangliers, car ces animaux sont très méfiants et dès qu’ils détectent une menace, ils ne passent pas par cet endroit. Les cages vont changer de position.

Où seront placées les cages ?

Surtout à Les Marines, Camí de Gandia ou Madrigueres, qui selon le conseiller PSPV sont les endroits de Dénia où il y a le plus de problèmes. Le système sera appliqué pendant les mois de juillet et août, période pendant laquelle la présence des sangliers se multiplie. Ainsi, Maite Pérez Conejero a admis que l’été dernier, il y avait déjà eu un véritable fléau de ces animaux qui détruisent les parcelles et les jardins et constituent un risque pour la sécurité routière, non sans qu’il y ait eu il y a quelques jours un accident spectaculaire, heureusement sans victimes mais qui a effondré l’accès à Denia, lorsqu’une voiture a écrasé un sanglier.

Le coût des services de cette entreprise spécialisée dépassant ce que serait une passation de marché directe, elle a lancé un « petit appel d’offres » qui est sur le point de culminer afin que le système puisse déjà être mis en œuvre en juillet. Mme Perez Conejero a expliqué qu’une fois capturés, les spécimens seront retirés et éliminés, car leur viande est impropre à la consommation humaine.

Longtemps à la recherche d’un système

Auparavant, le conseil avait tenté de mettre en œuvre deux actions pour endiguer le fléau des sangliers, mais aucune ne s’est avérée concluante : la première consistait à effectuer un raid avec l’association des chasseurs, mais le problème est que pour tirer sur ces animaux il faut de vraies balles, pas des plombs, et cela comportait un risque élevé ; la seconde, un système de cages appliqué directement par le conseil ; mais cela comportait des risques d’accidents – que des personnes y soient piégées, car alors les caméras n’étaient pas envisagées – et aussi le consistoire ne dispose pas de personnel spécialisé pour cette tâche.

Source : lamarinaplaza.com