Le Journal Officiel de l’Etat (BOE) publie ce samedi 27 mars, une ordonnance établissant l’exigence d’un PCR négatif, réalisé dans les 72 heures précédentes, pour les passagers en provenance de France également par voie terrestre.

L’Espagne met un terme à la libre circulation des Français qui, ces dernières semaines, ont voyagé pendant des heures par la route depuis les zones à forte incidence du coronavirus dans le pays voisin vers des villes d’Euskadi, de Catalogne, de Navarre ou d’Aragon, principalement pour profiter des restrictions moindres dans les bars et restaurants de ce côté-ci de la frontière. Le Bulletin officiel de l’État (BOE) recueille ce samedi un arrêté qui établit le caractère obligatoire à partir de mardi prochain d’un test de diagnostic de l’infection active pour le virus avec des résultats négatifs pour les passagers de la France également par voie terrestre, identique à celui depuis des mois déjà réclamé aux voyageurs par voie maritime ou aérienne.

Le BOE indique que toutes les personnes, âgées de plus de six ans, provenant de zones à risque de France et arrivant en Espagne par voie terrestre doivent subir « un test PCR (RT-PCR), un test TMA ou un autre type de test de diagnostic du SRAS-CoV2 basé sur des techniques moléculaires équivalentes » dans les 72 heures précédant l’entrée.

L’ordonnance comporte toutefois des exceptions. Ils ne doivent pas être testés : les professionnels du transport routier dans l’exercice de leur activité professionnelle, les travailleurs transfrontaliers et les résidents des zones frontalières, dans un rayon de 30 kilomètres autour du lieu de résidence.

La résolution publiée samedi précise que seront considérées comme zones à risque toutes les zones de France qualifiées par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies de niveau de risque rouge foncé, rouge, orange ou gris, sur la base des indicateurs combinés établis par le Conseil européen en février de cette année.

Jusqu’à 600 000 euros

L’exécutif maintiendra en principe le caractère obligatoire de ces tests pour les voyageurs en provenance de France par voie terrestre jusqu’à ce qu’il soit « déclaré la fin de la situation de crise sanitaire provoquée par le covid ».

La résolution signée aujourd’hui par la responsable de la santé, Carolina Darias, menace les voyageurs en infraction des sanctions prévues par la loi générale de santé publique de 2011, ou d’amendes allant de 3 000 à 600 000 euros.

L’exigence de la PCR pour les voyageurs terrestres se produit en pleine controverse sur la prétendue arrivée massive de citoyens français par voie aérienne en particulier à Madrid à laquelle l’exigence du test obligatoire 72 heures à l’avance n’a pas dissuadé de passer quelques jours de congé, en profitant des restrictions les plus laxistes dans la capitale de l’Espagne.

Source : Le courrier d’Espagne / lasprovincias.es