Météo à Dénia

/Météo à Dénia
Météo à Dénia 2018-11-23T12:32:59+00:00




Météo à Dénia

La ville de Dénia possède un climat privilégié avec plus de 300 jours annuels de soleil et un microclimat qui la différencie des villes des alentours. Tout ceci mérite un monument : le « Monumento al Clima » situé dans un jardin, à la fin de la Promenade Cervantes , face au port de pêche.

Pendant les mois d’hiver, le climat est doux avec une température moyenne de 12ºC et la température moyenne pendant les mois d’été est de 25ºC. Le fait, que la ville de Dénia soit bordée par la mer Méditerranée et que l’Espagne se trouve à une assez courte distance de continent africain, des phénomènes atmosphériques vont influencer son climat.

Des déserts du continent africain arrivera La Calima et en automne, lors du refroidissement de l’air, la belle mer Méditerranée va nous apporter la Gota Fría.

Calima

Avez- vous remarqué que des fois, le lendemain d’un jour pluvieux, les voitures parquées dans les rues, vos meubles d’extérieur, bords des fenêtres…etc, sont recouverts d’une fine pellicule de couleur sable ou ocre ? Voilà, tout ceci est du au phénomène météorologique appelé « Calima ».

Calima est le terme qui désigne la présence de particules en suspension dans l’air qui arrivent du continent africain, principalement du désert de Sahara et du désert du Sahel.

Ces événements causent des préjudices dans la qualité environnementale, en réduisant sensiblement la visibilité et en provoquant des ennuis respiratoires. La situation se complique pour les populations a risque, spécialement pour les petits enfants, les personnes âgées et les malades qui souffrent des affections respiratoires.

Une grande partie des particules minérales qui constituent le calima procèdent des rivières primitives africaines qui sont de nos jours sèches et ont une grande quantité de limons et d’argiles dans son lit. Ces sédiments, à l’aide d’une petite brise, se mettent en suspension et avec la température élevée du sol vont créer une sorte d’aspirateur, créant un flux d’air depuis le sol vers le haut en entraînant les diverses particules.

La quantité de ces particules en suspension dans l’atmosphère est étroitement liée au climat. La désertification des territoires, du au changement de cultures ou a cause de la sécheresse, provoquent l’augmentation des particules dans l’atmosphère. D’une autre part, les hautes concentrations de particules dans l’atmosphère peuvent modifier le climat.




Ces deux phénomènes interagissent : les particules en suspension modifient le climat et le climat détermine la quantité de particules atmosphériques….

En principe, c’est au printemps et en été que le Calima peut arriver dans Dénia, mais ces phénomènes atmosphériques sont très fréquents dans les Îles de  Lanzarote, Fuerteventura et Gran Canaria, car la distance avec le continent africain est moindre, ainsi que son dénivellement face à la mer. Nombreuses fois, les services des urgences des centres hospitaliers des Îles Canaries ont été collapsé lors de l’arrivée de Calima. Ces nuages de particules en suspension vont traverser l’Océan Atlantique, pouvant atteindre les côtes du continent américain.

Aujourd’hui nous savons que les concentrations de ces particules minérales en suspension ont changé pendant les différentes époques par lesquelles le climat de notre planète a passé. Ce changement dans les concentrations a été mis en évidence grâce à l’étude d’échantillons de glace de l’Antarctique. Quand l’eau se congèle, entre les cristaux de glace, se conservent de petites bulles d’air. C’est à partir de ces échantillons d’air que les scientifiques ont démontré que pendant la période glaciaire, les concentrations de particules en suspension étaient très élevés et au contraire, les concentrations de Dioxyde de carbone ( CO2) étaient très basses.

Le vent qui amène les particules en suspension depuis le désert du Sahara ou du Sahel vers le sud est de l’Espagne se nomme Garbí ou Lebeche. L’apparition de ce vent annonce l’arrivée de la dépression qui le provoque, comportant parfois des orages et de la pluie.

Des vents de caractéristiques similaires au Lebeche prennent d’autres noms dans d’autres parties du littoral méditerranéen, comme le sirocco (Italie), jamdino (Maroc), marin (France), jugo (Croatie)..

Gota fría

Si vous entendez à la radio, tv, ou dans n’importe quel moyen d’information que la Gota fría arrive ces prochains jours…. sachez que la seule mention de ce phénomène météorologique rend nerveux nombreux habitants  de la Communauté Valencienne. L’histoire nous a démontré que notre agréable climat a ces caprices. Très peu de pluies pendant l’été mais, dès que l’automne approche, le ciel se déchaîne et provoque des inondations dans les villes et les campagnes.

La goutte froide, connue aussi sous le nom de Dôme froid ou Dôme d’air froid résulte lorsque des masses froides sont capturées sous de l’air plus chaud.
Son diamètre est très variable : de quelques centaines à un millier de kilomètres.

La gota fría se produit par le contraste thermique entre la température de l’eau de la mer Méditerranée après l’été, et l’entrée de masses d’air froid dans l’atmosphère. L’air chaud de la Méditerranée, comme il est plus léger, monte rapidement et forme une bourrasque, si dans ce moment il souffle le vent de levant, qui apporte plus d’humidité, la bourrasque se déplace vers la terre et l’air en se refroidissant produit le phénomène. Dans la Marina Alta, les montagnes de l’intérieur produisent un effet de barrière, c’est pour cette raison que les décharges de pluie se produisent relativement près de la mer.




Le phénomène de la Gota Fría se produit environ 20 à 30 fois par année, mais elles ne sont pas toujours accompagnées de pluies torrentielles. C’est pour cette raison que les météorologues préfèrent utiliser de terme de DANA ( Depresion Aislada en Niveles Altos ), terme qui fait moins peur que celui de Gota Fría.

Quelques dates et volumes de pluie qui démontrent l’agressivité du phénomène :

– Octobre 1957, inondation de la ville de Valencia du au débordement du fleuve Turia. Le 2 octobre 1957, une précipitation de 817 mm eu lieu à Javea ( pas confirmé ).

– Septembre 1962, inondations en Barcelone, par débordement des fleuves Llobregat et Besos et à  Castellón par débordement du fleuve Rambla de la Viuda.

– Octobre 1982, s’écroule le mur du marais de Tous, dans le lit de la rivière Júcar, en inondant la contrée de La Ribera.

– Novembre 1987, c’est la contrée de La Safor qui est affectée, avec un registre de 500 mm. Le record de précipitation maximum fut a Oliva avec 817 mm.

– Octobre 2000, Castellón et le nord de Valencia vécurent de précipitations de l’ordre de 600 mm, causant le débordements des fleuves Palancia, Veo et Mijares.

– Octobre 2007 c’est la Marina Alta qui est touchée avec plus de 400 mm de précipitations. Le débordement du fleuve Girona, causa des inondations dans les villes de Beniarbeig, Els Poblets y El Vergel. Dans Benissa plusieurs écroulements se sont produits, et la ville de  Calpe fut inondée suite du débordement du ravin du Quisi.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer