Los Guiris

//Los Guiris
Los Guiris 2017-07-27T13:40:42+00:00




Los Guiris

Les espagnols emploient le mot “guiri” pour dénommer les étrangers, spécialement les touristes dont la langue maternelle n’est pas espagnole. Mais pourquoi ils emploient ce mot ?

Bien que de nos jours il s’emploie pour désigner les personnes d’origine étrangère, le mot “guiri” est une apocope du basque “guiristino” (une apocope est la modification phonétique, parfois utilisée comme figure de style, qui se caractérise par la suppression de phonèmes ou de syllabes en fin de mot, par exemple “auto” pour “automobile”), avec lequel les carlistes désignaient les partisans de la reine Marie Christine et les libéraux durant les guerres des carlistes espagnoles.

Los Guiris

La première Guerre Carliste (1833-1840), est le conflit entre les carlistes, partisans de Charles Marie Isidro de Bourbon, frère de Ferdinand VII, et les partisans de Marie Christine de Bourbon Deux-Siciles, veuve de Ferdinand VII et mère de la future Isabelle II.

A la mort de Ferdinand VII, son frère, Charles Marie Isidro a postulé au trône contre sa nièce Isabelle, à laquelle on avait remis le trône au moyen de l’approbation de la Sanction Pragmatique qui annulait le disposé dans le Règlement du 10 mai 1713, dans lequel les femmes étaient exclues du trône.

Comme conséquence de ne pas avoir accepté sa nièce comme Princesse des Asturies, Charles Marie Isidro, appelé par les leurs Charles V, s’est levé contre Marie Christine qui était la régente dans ce moment.




Le soulèvement carliste a triomphé dans les zones du nord de la Péninsule Ibérique, spécialement chez les basques et et les habitants de Navarre, où le traditionalisme était majoritaire, en face des idées des libéraux qui souhaitent une innovation du pays. Ces libéraux ont appuyé la cause de Marie Christine et sa fille et comme c’est de supposer, ses idées, apportées surtout des pays comme la France et l’Angleterre, heurtaient frontalement avec le conservatisme le Basque – Navarrais. De plus les libéraux ont été appuyés par la Légion Auxiliaire Britannique et la Légion Étrangère Française.

Après avoir servi à la cause de la veuve du roi, les libéraux ont été connus comme “cristinos”, cependant les carlistes les appelleront “guiristinos” grâce à ce que la majorité des partisans de Charles Marie Isidro parlaient le basque et sa prononciation provoquait ce changement dans le commencement du mot. “Guiristino” restera dans la langue espagnole à partir de ce moment comme synonyme de quelqu’un qui semble étranger parce que ses idées sont trop innovatrices ou peu traditionnelles.

Son usage comme synonyme d’étranger comme nous l’entendons actuellement, ne se développera que jusqu’aux années 60 du XXe siècle, quand l’Espagne se récupère économiquement grâce aux touristes qui dans cette décennie ont commencé à visiter le pays.

Pour les Espagnols qui ont vécu ce tourisme naissant, la mentalité européenne heurtait avec la conception traditionnelle qui se maintenait en Espagne durant le franquisme, par conséquent, ces touristes étaient si étrangers et, comme les libéraux pour les carlistes du XIXe siècle.

Grâce à cela, le mot “guiristino” a recommencé à être utilisé mais dans sa forme raccourcie, en évoluant jusqu’à être l’un des mots le plus utilisés en Espagne comme synonyme d’étranger et touriste.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer